Le village de Montady est perché sur un éperon rocheux, dominé par une tour romane, vestige unique de son ancien château.

La situation du « vieux bourg » avait été bien choisie car un chemin public reliant Béziers à Toulouse, petite voie romaine appelée «chemin du roi» le longeait.

Au XIIIème siècle, le bourg est ouvert et sans défense. Le légat du Pape Innocent III décide de lancer une croisade contre les cathares et en 1209 c’est le siège de Béziers, une opération militaire marquante de la croisade contre les cathares. Les incendiaires de la cathédrale Saint-Nazaire à Béziers passant par-là mettent le feu au bourg. Les criminels n’ont certainement pas  pardonné à ce petit village d'appartenir au château situé en haut de son pic et dont le maitre est connu comme étant l'ami et le partisan de Trencavel. Une époque tragique pour Montady.

Le nom du village a été donné à un des paysages agraires les plus fantastiques conçu par l’homme : l’étang asséché de Montady. Il fut asséché au XIIIème siècle par quatre propriétaires, avec l’accord de l’archevêque de Narbonne propriétaire de toutes les eaux de son diocèse, dans le but d’y pratiquer la culture. D’une grandeur de plus de quatre cents hectares, il est, sans conteste, un des sites les plus admirés d’Occitanie. Son découpage géométrique interpelle l’œil. Le système d’évacuation des eaux est très ingénieux et une charte de février 1247 permet de savoir qu’elle est son histoire. La Maison du Malpas vous racontera la construction du tunnel d’assèchement, l’ingéniosité du fonctionnement de ce « cœur ».

Village aux ruelles étroites, aux vestiges de rempart et aux pentes escarpées, il semble vous inviter à une balade sereine et tranquille.

Rapace